Accueil

Articles

Une délégation de la Chambre de Commerce de Gao au Mali reçue par le Président de la Chambre de Commerce et d'Industrie du NIGER

L'axe Niamey-Gao, le plus viable dans l'approvisionnement du Nord Mali souffre depuis peu de plusieurs problèmes liés au transit des marchandises et à l'achat du carburant. Alors la délégation malienne est venue solliciter l'aide de la CCIN pour une solution urgente de cette situation afin d'éviter à la ville de Gao les affres d'une pénurie déjà lourde de conséquences.

La délégation conduite par le Président de la Chambre de Commerce de Gao M.NEMA OULD SIDI AMAR a été reçue le lundi 10 Avril 2017 par le Président de la Chambre de Commerce et d'Industrie du Niger M. MOUSSA SIDI MOHAMED, en présence du Secrétaire Général OUSMANE MAHAMAN.

D'entrée de jeu, la délégation malienne a décrit la situation délétère dans laquelle se trouve la ville de Gao, faite de rareté de marchandises et du carburant. Une situation d'asphyxie commerciale née de la décision des autorités nigériennes de fermer l'axe Niamey-Gao le plus viable dans l'approvisionnement du septentrion malien.

" Il y a péril en la demeure" s'alarme OUMAR DIALLO un des membres de cette délégation et que "l'aide de la chambre de commerce du Niger nous est nécessaire pour trouver une solution à cette mort lente de notre économie" poursuit-il.

 

A ces mots, la sympathie et la réponse du Président de la CCIN furent promptes :

 

" La CCIN est dans son rôle de vous aider et elle ne faillira pas" annonce-t-il sur un ton péremptoire.

 

Il s'agit d'un problème de reversement des marchandises initialement prévues au marché malien sur le territoire nigérien et cela engendre un lourd préjudice à l'économie nationale renchérit-il.

 

Mais, c'est un problème gérable fait-il remarquer sur un ton rassurant à condition que le contrôle soit assuré de bout en bout.

 

Puis le Président MOUSSA SIDI MOHAMED de faire une série de propositions à ses hôtes notamment la nécessité d'engager au plus vite des discussions avec les structures nigériennes directement impliquées pour une issue rapide et heureuse de ce problème.

 

Séance tenante le Président de la CCIN entreprit des contacts et réussit à convenir avec le Ministre du Commerce et le Directeur Général de la SONIDEP de rencontres d'échanges.

 

A l'endroit de la délégation malienne, il fait remarquer l'extrême importance d'obtenir un engagement ferme du gouvernement ou de la douane malienne d'assurer le contrôle de la frontière jusqu'aux destinations prévues des marchandises.

 

Lors de ces deux audiences, les deux responsables nigériens ont, comme l'a expliqué auparavant le président de la CCIN, exprimé leur engagement à mettre fin à cette mesure de fermeture de l'axe Niamey-Gao dès que de solides garanties leurs seront données sur l'engagement des autorités maliennes à assurer le contrôle de bout en bout des marchandises en transit.

 

Pour davantage convaincre ses interlocuteurs de la nature grave du préjudice causé par ce reversement, le Directeur Général de la SONIDEP a, avec chiffres à l'appui, donné le détail qui sied.

 

Sur deux milles camions non sortis du Niger, l'écrasante majorité l'est sur l'axe Niamey-Gao et plusieurs stations d'essence en direction de cette frontière continuent à vendre du carburant sans avoir à commander auprès de la SONIDEP.

 

Les parties se séparent en admettant à l'unanimité que cet axe historique Niamey-Gao ne doit pas continuer à souffrir des agissements frauduleux d'une poignée d'individus et cela est d'autant plus vrai que les deux pays appartiennent à des espaces d'intégration économiques, monétaires et commerciaux à l'image de l'UEMOA et de la CEDEAO.

CCIN

 Siège National de la CCIN
168, Place de la concertation
BP 209 Niamey
Tél : (227) 20732210
Fax: (227) 20734668
Email :  This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

 

 

 

Centre de Gestion Agréé

JSN Dome template designed by JoomlaShine.com